Selon une équipe française, une catégorie de lipides présents naturellement dans les produits laitiers pourrait réduire le risque cardiovasculaire chez les femmes ménopausées et en surpoids. Et ce en abaissant leur taux de mauvais cholestérol et de triglycérides.

Les produits laitiers sont riches en matières grasses. Parmi celles-ci, on trouve les lipides dits « polaires », particulièrement présents dans la crème. Chez  l’animal, il a déjà été montré que ces lipides sont essentiels puisqu’ils jouent un rôle sur la régulation du taux de cholestérol sanguin.

Qu’en est-il chez l’être humain ? Des scientifiques de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) ont souhaité répondre à cette question en s’intéressant à une population particulièrement vulnérable au risque cardiovasculaire : les femmes ménopausées et en surpoids. Pour cela, ils ont fait consommer quotidiennement à 58 volontaires des fromages à tartiner plus ou moins enrichis en lipides polaires laitiers, venant s’intégrer dans leur alimentation habituelle.

Après un mois de consommation, l’équipe a observé une réduction significative des taux de cholestérol LDL, autrement dit le mauvais, de triglycérides et d’autres indicateurs importants de perturbations métaboliques. « Les lipides polaires laitiers ont ainsi amélioré le profil de santé cardiovasculaire des femmes ménopausées », expliquent les chercheurs.

Du côté des explications, ils avancent le fait que « certains des lipides polaires laitiers et le cholestérol formeraient dans l’intestin grêle un complexe qui ne peut pas être absorbé par l’intestin, et qui est finalement excrété dans les selles. »

Ainsi, ces résultats « pourraient être à la base de nouvelles stratégies nutritionnelles pour diminuer des facteurs de risque cardiovasculaire chez certaines populations exposées », concluent les auteurs.

Partager cet article