Un vaccin ultra-puissant contre l’allergie aux piqûres d’abeilles

[23 juillet 2019 - 11h40] [mis à jour le 23 juillet 2019 à 11h41]

Des chercheurs australiens viennent de mettre au point un vaccin pour immuniser les personnes allergiques aux piqûres d’abeille.

Au-delà de la douleur, une piqûre d’abeille peut s’avérer très dangereuse en cas d’allergie au venin de cet hyménoptère. Pour empêcher ces réactions, des chercheurs australiens* ont développé une version amplifiée du vaccin déjà existant.

La recette testée auprès de 27 volontaires allergiques ? L’utilisation d’un sucre, l’Advax, comme adjuvant. Ce dernier est censé aider « l’organisme à neutraliser rapidement le venin de l’abeille ». A ce jour, selon le Pr Nikolai Petrovsky, plus d’un millier de personnes ont bénéficié de ce vaccin.

« Cette approche revient à poser un turbo sur le moteur d’une voiture, ce qui rend le vaccin contre l’allergie aux piqûres d’abeilles bien plus puissant. Le système immunitaire est bien plus efficace pour (…) prévenir les symptômes allergiques. »

En plus d’être efficace, cette technique s’avère aussi moins contraignante pour les patients. A ce jour, la seule thérapie existante, dite désensibilisation, repose sur 50 injections réparties sur 3 ans « pour construire le système immunitaire. Les traitements actuels contre l’allergie sont longs et lourds. »

L’Advax entre aussi dans la composition de vaccins contre « la grippe, les hépatites, le paludisme, la maladie d’Alzheimer, les cancers et d’autres maladies ».

Que faire en cas d’allergie ?

Les principaux symptômes de l’allergie aux piqûres d’abeille sont des picotements, une sensation de malaise, d’étourdissement, des difficultés à respirer, des gonflements de la lèvre, de la gorge ou des yeux. Mais aussi des nausées, des vomissements ou encore une urticaire généralisée. Ces réactions nécessitent une consultation immédiate aux urgences.

En cas d’antécédent d’allergie, gardez toujours un auto-injecteur épinéphrine sur vous. Ce dispositif à base d’adrénaline permettant de lutter en urgence contre le choc anaphylactique. Cliquez ici pour en savoir plus sur les réflexes à adopter.

A noter : L’allergie au venin d’abeille concerne 1% de la population.

*Flinders University, Adélaïde, Australie

Partager cet article