Une hormone contre l’hémochromatose !

24 avril 2006

Une équipe de l’unité INSERM 567 de l’Institut Cochin vient de confirmer le rôle majeur de l’hepcidine dans la régulation du fer de notre organisme. Cette hormone synthétisée par le foie, pourrait ouvrir la voie à un traitement de l’hémochromatose.

Caractérisée par une surcharge en fer de certains organes comme le foie ou le coeur, l’hémochromatose a été identifiée pour la première fois en 1975 comme une maladie génétique à part entière. Près de 180 000 Français en souffriraient.

D’après les travaux de l’INSERM, « l’hepcidine réduit l’absorption du fer dans les cellules intestinales et assure sa redistribution dans l’organisme. Une augmentation de sa production pourrait avoir un effet thérapeutique dans l’hémochromatose, en limitant les effets toxiques de l’accumulation de fer dans les cellules du foie« . C’est une avancée majeure. Car cette maladie peut être lourde de conséquences. Elle peut en effet provoquer des cancers primitifs du foie, des arrêts cardiaques et certaines formes de diabète. Les travaux de l’INSERM ont été publiés dans la revue Blood, laquelle insiste dans un éditorial « sur l’aspect prometteur de ces perspectives« .

  • Source : INSERM, 7 avril 2006 - Blood, avril 2006 - Photo Université de Pittsburgh

Aller à la barre d’outils