Plusieurs lots de moules ont récemment fait l’objet d’un rappel en raison de la présence d’une toxine paralysante. La prudence en matière de consommation de coquillages s’impose donc, notamment pour les populations fragiles.

Des moules commercialisées par Carrefour et Intermarché ont fait l’objet d’un rappel en ce début du mois de juin. Une information délivrée par 60 millions de consommateurs, le magazine de l’Institut national de la consommation (INC).

La cause ?

La présence d’une toxine appelée PSP pour Paralytic Shellfish Poisoning. Produite par des micro-algues dans certaines conditions, elles sont filtrées par les coquillages. Une fois contaminés, ceux-ci deviennent toxiques pour l’être humain, du fait de leur action potentiellement paralysante. Une consommation provoque « maux de tête, nausées et vertiges, perturbation de la motricité et incohérence de la parole avec risque de décès par paralysie des muscles respiratoires », précise le ministère en charge de l’agriculture. « Les premiers symptômes apparaissent dans les 5 à 30 minutes suivant la consommation des coquillages contaminés. Elle n’est pas détruite par la cuisson. »

Les produits concernés ?

  • Des moules de la marque Maredoc de lot 107292 (Estampille sanitaire : FR 34.108.530 CE) conditionnées dans un sac de 10 kg vendues chez Intermarché ;
  • Des moules de la même marque de lot 10732947 (Estampille sanitaire : FR 34.108.530 CE) conditionnées dans une barquette de 1,4 kg vendues chez Carrefour.

Que faire ?

Il est donc recommandé de « ne pas consommer, de détruire ou de rapporter au point de vente pour remboursement », conseille 60 millions de consommateurs. Par ailleurs, il est à noter que « les personnes les plus sensibles sont les enfants, les femmes enceintes et les personnes âgées, ainsi que toute personne dont l’état physiologique et immunitaire est dégradé (diabétiques, insuffisants rénaux, immunodéprimés…) », précise le ministère de l’agriculture.

En cas d’ingestion de coquillages contaminés, consultez votre médecin traitant ou le centre antipoison le plus proche de chez vous, en signalant cette consommation.

Partager cet article