Traitement de l’alopécie : éloignez les petits du minoxidil

[09 mars 2018 - 11h14] [mis à jour le 12 mars 2018 à 10h22]

Les flacons prescrit contre la chute des cheveux à base de minoxidil (Unipexil 2% ®) ne disposent pas de bouchon de sécurité. Un manquement dénoncé dans la revue Prescrire alors qu’un enfant a été hospitalisé en 2017 à Nantes après avoir avalé ce médicament prescrit contre la perte de cheveux.

Au début de l’année 2017, le Centre régional de pharmacovigilance de Nantes rapportait un cas d’intoxication infantile à l’Unipexil 2% ®. Le petit de 2 ans a ingéré ce médicament (solution en application cutanée) prescrit contre la chute de cheveux, alors utilisé par son père. Dépourvu d’un bouchon de sécurité, le flacon de 60ml a été a avalé en entier par l’enfant.

Lors de son arrivée aux urgences, il souffrait d’une pression artérielle basse, d’une fréquence cardiaque élevée, d’une acidose lactique et présentait un état de somnolence. En cause, la toxicité du minoxidil contenu dans ce traitement, molécule connue pour provoquer des troubles de la pression artérielle. Autre agent dangereux, le propylène glycol exposant lui à l’acidose lactique. Autant d’effets accentués par l’éthanol qui réduit son élimination.

Si vous utilisez de l’Unipexil 2%®, veillez donc à ranger les flacons dans un placard inaccessible aux petits. Par ailleurs, « il est du rôle des agences du médicament de protéger les enfants en exigeant des bouchons de sécurité sur tous les flacons, ce qui n’est pas toujours le cas début 2018 en France », alertent les spécialistes de la Revue Prescrire.

A noter : fin 2014, une intoxication avait été rapportée chez une fillette de 2 ans et 10 mois après ingestion d’Alostil 2% ®, médicament en solution cutanée aussi prescrit contre l’alopécie à base de minoxidil.

Partager cet article