Vêtements anti-UV : comment choisir ?

[17 juillet 2015 - 09h58] [mis à jour le 17 juillet 2015 à 10h42]

Les vêtements photoprotecteurs connaissent une croissance exponentielle en France, ces dernières années. Essentiellement auprès des enfants âgées de 6 mois à 10 ans. Les adultes eux, se sentent semble-t-il peu concernés, sans doute à tort. L’occasion de revenir sur les facteurs qui rendent un vêtement quasiment imperméable aux ultraviolets (UV).

Le facteur de protection ultraviolet (UPF pour Ultraviolet Protection Factor) représente la méthode de classement utilisée par les industriels pour déterminer le niveau de protection UV offert par un vêtement. Plus cet UPF est élevé, plus la protection est importante.

Dans les faits, un vêtement qui bénéficie d’un facteur UPF 40 laisse passer 1/40e des UV. Cela signifie en quelque sorte qu’avec ce vêtement, la peau mettra 40 fois plus de temps à rougir ou à brûler que si elle est découverte. Si vous en achetez un, il doit impérativement porter la mention EN 13758-2.

Au-delà des textiles spécifiques, sachez que de nombreux paramètres influent sur la photoprotection vestimentaire :

  • Des fibres serrées : plus la trame est serrée plus la transmittance est faible ;
  • Un tissu épais : plus il contiendra de couches superposées, plus il protègera ;
  • Le type de fibre : le coton non traité, la soie et le polyamide absorbent faiblement les UV. Par opposition notamment à la laine (serrée) et au polyester ;
  • La couleur : La majorité des colorants naturels ou synthétiques absorbent une partie des UV. Les couleurs les plus foncées sont les plus photoprotectrices ;
  • L’étirement du tissu : plus les espaces entre les fibres seront importants, plus il laissera passer d’ultraviolets. Pour cette raison, prudence avec l’élasthanne ;
  • L’état du vêtement : bon à savoir, le lavage va augmenter l’UPF des tissus en coton. C’est pourquoi, il est important de les laver avant la première utilisation.

Partager cet article