La météo particulièrement douce de cette fin de mois de février est certes appréciable en terrasse, mais elle induit quelques désagréments, notamment pour les allergiques aux pollens. Des floraisons trop précoces dans la saison provoquent en effet un pic partout en France. Des conseils pour s’en protéger.

Bouleau, aulne, frêne, noisetier… selon les régions de France, différentes espèces d’arbres fleurissent précocement cette année. En cette fin de mois de février, les températures avoisinent les 20°C sur tout le territoire, chamboulant l’ordre naturel. Résultat, les pollens refont leur apparition un peu trop tôt et entraînent nez qui coulent, yeux qui piquent, éternuements…

Pollens et pollution de l’air

« Les concentrations de pollens de cyprès explosent autour de la Méditerranée avec un risque d’allergie qui restera à son niveau maximum. Les pollens de cyprès gagnent aussi du terrain sur le reste du pays vers le Nord, l’Est et l’Ouest mais en plus faible quantité que dans le Sud », précise le Réseau national de surveillance aérobiologique. « Les noisetiers et les aulnes sont bien en fleurs sur tout le pays et les concentrations de pollens sont en augmentation. »

Sans oublier que « la pollution atmosphérique […] peut exacerber les symptômes d’allergie aux pollens en fragilisant notamment les voies respiratoires lors des épisodes de pollution ».

Comment vous protéger si vous êtes allergique ?

Ouvrez vos fenêtres tôt le matin et tard le soir ;

Rincez vous les cheveux le soir avant le coucher afin d’éviter de déposer sur l’oreiller le pollen accumulé tout au long de la journée ;

Ne faites pas sécher votre linge dehors pendant les pics polliniques.

Vérifiez le niveau d’alerte pollinique avant de quitter votre domicile en consultant le site du RNSA (Réseau Nationale de Surveillance Aérobiologique).

Partager cet article