Violences contre les femmes : une violation des droits de l’homme !

[23 novembre 2018 - 10h54] [mis à jour le 23 novembre 2018 à 11h02]

Si elles sont persistantes et dévastatrices, les violences contre les femmes restent parmi les moins signalées. « En cause, l’impunité, le silence, la stigmatisation et le sentiment de honte qui l’entourent », alerte l’Organisation des Nations Unies (ONU). Laquelle, à l’occasion de la Journée internationale dédiée ce 25 novembre, appelle à l’unité.

La violence à l’égard des femmes peut prendre des formes très diverses : du viol au trafic d’êtres humains (esclavage, exploitation sexuelle), de la mutilation génitale féminine au mariage précoce. Sans oublier les atteintes psychologiques. Et les chiffres en la matière sont alarmants. Plus d’une femme sur trois dans le monde a déjà subi des violences physiques et/ou sexuelles de la part d’un partenaire intime ou des violences sexuelles de la part d’une autre personne. Seulement 52% des femmes mariées ou en union prennent librement leurs propres décisions concernant les relations sexuelles, l’utilisation de contraceptifs et les soins de santé. En 2012, une femme sur deux tuées dans le monde a été assassinée par son partenaire ou sa famille.

Tous unis !

Devant ces situations inacceptables, l’ONU relance sa campagne « Tous UNiS pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes ». L’objectif, à partir du 25 novembre, et durant 16 jours, mobiliser le plus de personnes du monde entier autour de l’opération « Orange day ». Tous ceux qui le souhaitent sont invités à porter des vêtements ou des accessoires de couleur orange « pour mettre fin à la violence contre les femmes et les filles dans chaque communauté, chaque espace public, dans les écoles et sur les lieux de travail, durant les conflits et les périodes de paix ».

Vous pouvez aussi publier vos photos, vos messages et vos vidéos montrant comment vous participez à la campagne en utilisant les hashtags #orangetheworld et #ÉcoutezMoiAussi.

Partager cet article