Obésité : moins de télé et plus de sport…

[21 juin 2011 - 11h35] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h46]

Votre enfant est obèse ? Ce n’est vraiment pas une raison pour le priver de sport. Bien au contraire, l’activité physique fait partie intégrante de sa prise en charge, au même titre que les mesures diététiques. L’important en fait, est de parvenir à réduire ses périodes de sédentarité.

Selon la Haute Autorité de Santé (HAS), « la pratique régulière d’une activité physique structurée au moins deux fois par semaine est recommandée. Cette activité physique est choisie et/ou acceptée par l’enfant en concertation avec sa famille. » La HAS conseille également de multiplier les pratiques durant la journée : prendre les escaliers plutôt que l’ascenseur, aller à l’école à pied ou à vélo dans la mesure du possible.

Toutes les études conduites chez l’enfant obèse – notamment en milieu scolaire – montrent l’intérêt d’ augmenter l’activité quotidienne, tout en réduisant le temps passé devant un écran. Selon l’American Dietetic Association, l’un des gages de succès pour les enfants de 5 à 12 ans, consiste à centrer les interventions sur la famille. Pour les ados, il vaut mieux cibler le milieu scolaire.

Associée au régime, l’activité physique participe au contrôle de la surcharge pondérale. Elle augmente la masse maigre et réduit l’adiposité abdominale. D’autres bénéfices peuvent être décrits, en particulier cardiovasculaires, métaboliques, psychologiques et sur la qualité de vie.

Il est essentiel de distinguer les cas de surpoids débutants, de l’obésité confirmée. « Pour des questions culturelles et esthétiques, il est difficile pour un patient obèse, de se mettre à faire du sport sans un minimum d’adaptation et sans une surveillance médicale », explique l’Institut régional du Bien-être, de la Médecine et du Sport Santé du Nord-Pas-de-Calais. Avant d’inscrire votre enfant dans un club, il est indispensable de consulter son médecin traitant.

Partager cet article