Sujet tabou par excellence, l’éjaculation précoce est pourtant le trouble sexuel masculin le plus fréquent. Conflits au sein du couple, stress, maladie, peur de l’échec, génétique… Les causes de ce que les spécialistes définissent aujourd’hui comme un trouble survenant lors de stimulations sexuelles minimes avant, pendant ou juste après la pénétration, et avant que l’homme ne souhaite éjaculer, sont multiples. Mais des solutions existent.

Identifiez « le point de non-retour »

L’éjaculation est précédée de nombreuses sensations corporelles : chaleur, frissons, tensions au niveau de la racine du pénis, du gland, du ventre… Si vous parvenez à repérer ce « point de non-retour » (niveau d’excitation qui déclenche l’éjaculation) quelques dixièmes de secondes plus tôt, vous pourrez cesser toute stimulation et ainsi retarder la survenue de l’éjaculation.

Respirez avec le ventre

Une respiration profonde, avec le ventre et non le haut du thorax, en phase avec les mouvements de va-et-vient du coït, les muscles relâchés, permet de ralentir la survenue de l’éjaculation.

Evitez de vous mettre la pression

L’anxiété liée à la performance a tendance à accélérer la survenue de l’éjaculation par la simple action de l’hormone du stress, l’adrénaline. Faites votre possible pour rester relaxé. Cessez de vous focaliser sur la durée de la relation sexuelle. Concentrez votre attention sur vos sensations corporelles et érotiques, ainsi que sur les réactions de votre partenaire.

Parlez-en avec votre partenaire

Plus de la moitié des hommes concernés déclarent n’avoir jamais parlé de leur trouble avec leur partenaire. Or échanger sur vos difficultés va contribuer à instaurer un climat de confiance entre vous deux. Votre compagne vous dira en quoi cette situation peut la gêner. Mais elle contribuera aussi à vous rassurer et à vous mettre en confiance en vous indiquant ce que vous pouvez mettre en place ensemble.

Consultez ensemble

Proposez à votre partenaire de venir consulter un médecin avec vous. Vous pourrez échanger à propos des conseils donnés par le médecin, qui vous proposera des solutions adaptées à votre situation. Deux prises en charge complémentaires sont possibles : une prise en charge pharmacologique et une approche sexo-comportementale.

A noter : A l’occasion de la Journée internationale de l’homme le 19 novembre, deux experts de la Fédération Française de Sexologie & de Santé Sexuelle répondent anonymement et gratuitement à toutes vos questions sur les troubles sexuels masculins. Rendez-vous sur www.parlonssexo.com de 12h30 à 14h et de 18h30 à 20h.

Partager cet article