Léger, profond, paradoxal… Le sommeil se dévoile

[07 septembre 2010 - 15h06] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h40]

Vous avez sûrement entendu parler des différentes phases de sommeil. Il en existe précisément trois : le « sommeil léger », le « sommeil lent profond » et le « sommeil paradoxal ». A qui correspondent-elles ? Combien de temps durent-elles ? Explications.

L’alternance entre ces trois phases forme un cycle de sommeil qui s’étale sur près de 90 minutes. Une nuit complète correspond généralement à 4, 5 ou 6 cycles, soit l’équivalent de 6 à 8 heures de sommeil.

Le sommeil léger. C’est le premier stade par lequel nous passons avant de nous abandonner aux bras de Morphée. Il s’agit d’un état de somnolence. Cette phase dure moins de 20 minutes en moyenne. Elle est caractérisée par des bâillements, des picotements aux yeux, une diminution de la vigilance et de la fréquence cardiaque.

Le sommeil lent profond. Beaucoup plus longue que la première, cette phase s’étale environ sur 100 minutes au cours d’une nuit. Comme son nom l’indique, nous sombrons alors dans un sommeil dont il est difficile d’émerger. La température corporelle baisse, l’activité cérébrale diminue et la respiration se ralentit…

Le sommeil paradoxal. Cette phase est de loin la plus fascinante ! Contrairement aux précédentes, elle se caractérise par une relance très importante de l’activité cérébrale. Alors que nous sommes bien installés dans notre sommeil, c’est à ce moment que les rêves se bousculent dans notre tête. Le pouls et la respiration sont alors irréguliers. Le sommeil paradoxal représente en moyenne, 20% de notre temps total de sommeil.

Partager cet article