Stratégie mondiale de vaccination contre H1N1: les négociations n’avancent pas

[18 mai 2009 - 11h12] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h32]

Réunis jeudi et vendredi dernier à Genève par le Dr Keiji Fukuda, directeur général adjoint de l’OMS, représentants de l’industrie pharmaceutique et des gouvernements n’ont pas réussi à se mettre d’accord sur une stratégie mondiale de vaccination contre la grippe, qu’elle soit saisonnière ou pandémique. Les intérêts financiers sont tels qu’aucune avancée n’a été possible.

Selon une source proche de l’OMS, les débats ont achoppé sur trois points. Tout d’abord, les pays les plus pauvres ont demandé que 10% des vaccins soient produits chez eux. Refus catégorique des pays producteurs qui n’ont pas accepté de s’engager sur un chiffre précis, mettant en avant l’existence de nombreux accords économiques, de transferts de technologie et de licences de production.

L’autre point d’accrochage concerne les droits de propriété sur le vaccin grippal. « Un certain nombre de pays a demandé que tous les droits de propriété soient transférés à l’OMS. Laquelle répartirait ensuite l’argent aux pays d’où proviennent les souches. Les industriels ont rejeté cette proposition au nom de la protection de la fabrication pharmaceutique ».

Enfin les pays en développement « ont demandé que tous les vaccins de grippe saisonnière soient taxés en Occident afin de financer la lutte contre la grippe épidémique dans les pays les plus pauvres ». Les gouvernements des pays développés s’y sont opposés. L’Assemblée mondiale de la Santé a ouvert ses portes ce matin. Les débats s’annoncent houleux.

Partager cet article