L’ANSM annonce une nouvelle contre-indication de tous les traitements à base de rétinoïdes utilisés dans le traitement de l’acné par voie cutanée pendant la grossesse. Cette mesure concerne aussi toutes les femmes souhaitant avoir un enfant.

« Les traitements par voie cutanée à base de rétinoïdes (trétinoïne, isotrétinoïne, adapalène, tazarotène), principalement utilisés dans le traitement de l’acné, sont désormais contre-indiqués chez la femme enceinte ou planifiant une grossesse », révèle l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) ce 25 octobre.

Jusqu’ici, seuls les rétinoïdes administrés par voie orale étaient « contre-indiqués dans cette population et plus largement chez toutes les femmes en âge de procréer sans contraception efficace ». Sous cette forme, « l’effet tératogène est connu et la grossesse est une contre-indication absolue ».

En juin 2018, l’ANSM a donc décidé d’évaluer ce même rapport bénéfice-risque pour les rétinoïdes administrées par voie cutané. « Bien qu’un passage dans la circulation sanguine des rétinoïdes à travers la peau semble négligeable dans les conditions habituelles de traitement, il ne peut être totalement exclu », déclare l’Agence. « Ainsi, prenant en compte qu’il n’existe pas de besoin absolu pour un traitement rétinoïde par voie cutanée, il a été décidé de contre-indiquer leur utilisation chez la femme enceinte ou planifiant une grossesse. »

A noter : les traitements à base de rétinoïdes sont aussi employés en dermatologie et en cancérologie.

Partager cet article