Addictions sans produit : les drogues du XXIème siècle ?

[08 octobre 2010 - 11h53] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h41]

Les pratiques susceptibles de provoquer des comportements d’addiction sont de plus en plus nombreuses dans notre environnement quotidien. Jeux d’argent, jeux vidéo, sexe, sport… Autant de sources potentielles de dépendances. Réunis depuis mercredi à Nantes, les participants au 4ème Congrès international francophone d’addictologie s’attachent à mieux appréhender ces nouvelles addictions.

« Les addictions comportementales s’inscrivent en hausse dans nos sociétés occidentales », admet Jean-Yves Hayez, pédopsychiatre, docteur en psychologie et professeur émérite à l’Université catholique de Louvain (Belgique). Toutefois, ces comportements ne sont étudiés que depuis une dizaine d’années. Difficile donc de faire la part des choses entre des conduites qui ressemblent à une addiction, et des comportements excessifs passagers. Lesquels précise ce chercheur, « font partie de la vie ».

Le jeu pathologique est déjà considéré comme une addiction. D’autres comportements en revanche ne sont pas encore clairement définis comme tel. C’est le cas du sport à l’excès, des dépendances affectives, sexuelles ou sectaires « Le jeu devient addictif dès lors que le joueur engage une somme d’argent qu’il ne peut se permettre de perdre », explique Robert Ladouceur, psychologue de l’Université Laval à Québec, (Canada). Il est moins aisé de définir la frontière à ne pas franchir dans des activités de la vie courante comme l’activité physique et la sexualité.

Pour le Pr Jean-Luc Vénisse, directeur du pôle universitaire d’addictologie et psychiatrie au CHU de Nantes, « notre société participe à ces évolutions et tout un chacun peut se sentir concerné ». L’offre de plus en plus large et facile d’accès aux jeux en ligne tels que le poker, ou aux sites pornographiques, augmentent le risque de comportements addictifs. « Ces comportements devenus compulsifs entraînent des dommages aussi graves que les substances peuvent le faire », conclut le Pr Vénisse.

Partager cet article