Et si une simple information suffisait à faire baisser le taux d’alcoolisme ? En tout cas, c’est le pari des autorités britanniques. A la suite de diverses études convergentes, une toute nouvelle stratégie de lutte contre ce fléau devrait bientôt être lancée outre-Manche.

La dernière en date a été réalisée par le Centre de Recherche sur l’Alcool et les Drogues de Newcastle. Elle a particulièrement attiré l’attention des pouvoirs publics car ses auteurs ont démontré qu’il suffirait de peu de choses pour obtenir des résultats tangibles. Un simple entretien de cinq ou dix minutes avec un spécialiste, assorti de la distribution d’un guide pratique d’information, permettrait de réduire l’alcoolisme de 25% !

Pourquoi n’y avait-on pas pensé plus tôt… ? D’autant plus que les buveurs excessifs fréquentent deux fois plus leur généraliste que le public tout-venant. Bref, cette stratégie semble finalement peu contraignante, pour l’Etat comme pour le malade. Les Britanniques se disent qu’ils ont peut-être trouvé là un moyen efficace pour réduire leurs dépenses de santé !

Pour développer plus avant son plan d’attaque, le centre de Newcastle a reçu 240 000 euros des autorités de tutelle. Tout porte à croire que les résultats de cette campagne intéresseront vivement bien d’autres pays…

Partager cet article