Allaitement maternel : la France mal classée

[22 septembre 2015 - 16h48]

En France, la durée de l’allaitement compte parmi les plus faibles d’Europe. Toutefois, les chiffres officiels se limitent à des estimations. Des chercheurs ont donc voulu préciser le profil des mères allaitantes.

Les mamans françaises seraient peu assidues en matière d’allaitement comparées à la moyenne européenne. Pour en savoir plus, l’équipe du Pr Sandra Wagner (INSERM, Centre de recherche en Epidémiologie et statistique Paris Sorbonne Cité, U1153, Paris, France) a suivi plus de 18 300 enfants nés en 2011 dans 320 maternités.

« Chaque maman a été interrogée 2 mois et 1 an après la naissance par téléphone. Des questionnaires ont également été distribués entre 3 et 10 mois », expliquent les auteurs de l’étude ELFE (Etude longitudinale française depuis l’enfance) dans la dernière livraison du Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH).

Résultat,  parmi les 70% de mères ayant initié un allaitement (même partiel, avec un apport en lait maternisé), la médiane de la durée d’allaitement était de 17 semaines ». Pour celles ayant choisi dès le départ un allaitement exclusif, ce chiffre descend à 7 semaines seulement. Au final, seuls 19% des enfants recevaient encore du lait maternel (exclusif ou mixte) à 6 mois, contre 82% en Norvège.

Qui sont les allaitantes ? Les chercheurs ont ensuite observé les conditions de vie de chacune des femmes. Constat, « les séances de préparation à l’accouchement et la présence du père à la naissance incitent les femmes à nourrir longtemps leur enfant au sein ». En revanche, « les mères âgées de moins de 30 ans, celles vivant seules, ayant un faible niveau d’études ou ayant repris le travail moins de 10 semaines après l’accouchement » ont tendance à raccourcir la période de l’allaitement. Il en est de même des femmes répertoriées comme fumeuses pendant la grossesse, des mères en congé parental et de celles souffrant de surpoids ou d’obésité.

L’allaitement présente des bénéfices pour la santé de l’enfant et de la mère. Pendant les six premiers mois de vie de l’enfant, le lait maternel peut d’ailleurs couvrir à lui seul les besoins nutritionnels du petit. Ainsi l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) recommande-t-elle « un allaitement exclusif si possible jusqu’à 6 mois, suivi d’un allaitement partiel jusqu’à l’âge de 2 ans ».  Quant au Programme national nutrition santé (PNNS) en France, il préconise un allaitement exclusif si possible jusqu’à 6 mois, et au moins jusqu’à 4 mois.

Partager cet article