Allergies aux médicaments : toutes les molécules en provoquent

[02 mai 2019 - 10h28] [mis à jour le 02 mai 2019 à 10h30]

Aliments, pollens, acariens… les causes d’allergies sont nombreuses. Et les médicaments ne font pas exception. Toute molécule thérapeutique peut ainsi provoquer des réactions plus ou moins graves. Tour d’horizon.

Les allergies aux médicaments ne sont pas rares et concernent absolument toutes les molécules. Toutefois, certaines sont davantage pourvoyeuses de réactions. « C’est le cas des antibiotiques, et en particuliers des bétalactamines », précise le Pr Annick Barbaud, chef du Service Dermatologie et Allergologie de l’Hôpital Tenon à Paris. Ils peuvent entraîner tout type de réactions, immédiates avec des angioedèmes et des chocs anaphylactiques ou retardées avec des éruptions bénignes ou, plus graves, des syndromes DRESS. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont aussi très concernés.

Autre famille de substances médicamenteuses provoquant souvent des réactions allergiques : les produits injectables de contraste iodés utilisés lors des examens d’imagerie médicale. « Heureusement, ils sont la plupart du temps bénins », précise-t-elle. A noter qu’il ne s’agit jamais d’une allergie à l’iode « dans la mesure où celle-ci n’existe pas ».

De nombreuses réactions sont en outre associées aux Inhibiteurs de la Pompe à Protons (IPP) pourtant largement prescrits.

Même le paracétamol

« Tous les médicaments produisent des allergies », martèle le Pr Barbaud. Les antihistaminiques et les corticoïdes ne font pas exception, alors qu’ils sont employés dans le traitement des réactions allergiques. « Même le paracétamol peut être à l’origine d’un urticaire ou d’un angioedème par exemple », ajoute-t-elle.

Enfin, les médecines naturelles comme la phytothérapie sont également à l’origine d’accidents allergiques. « Il arrive fréquemment que des patients soient hospitalisés en raison de réaction à des huiles essentielles absorbées », précise Annick Barbaud.

Partager cet article