Anhédonie : quand la musique indiffère

[11 janvier 2017 - 10h10] [mis à jour le 11 janvier 2017 à 16h54]

Connaissez-vous « l’anhédonie musicale » ? Il s’agit d’une indifférence totale à la musique. Les personnes qui y sont sujettes – environ 3% à 5% de la population – seraient incapables d’apprécier le moindre morceau. Des chercheurs canadiens et espagnols viennent de montrer que ce phénomène serait lié à un manque de connectivité dans le cerveau. Explications.

Composé du « a » marquant la privation et de hêdonê, signifiant « plaisir », l’anhédonie correspond à une incapacité à éprouver le moindre plaisir lors d’activités généralement plaisantes.

Des chercheurs de l’Université de Barcelone et de l’Université McGill de Montréal ont voulu en savoir plus sur l’anhédonie musicale. Après avoir recruté 45 participants en bonne santé, ils leur ont fait écouter des extraits musicaux à l’intérieur d’un appareil d’Imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf). Les volontaires devaient fournir, en temps réel, leur ressenti.

Différents circuits de récompense

Les données d’IRMf ont montré qu’à l’écoute de la musique, les personnes atteintes d’anhédonie musicale présentaient une diminution de l’activité du noyau accumbens, une structure sous-corticale importante du réseau de récompense. Alors même que cette zone fonctionnait dans d’autres cas (lors de jeux d’argent par exemple).

« Le fait que des sujets soient insensibles à la musique, mais sensibles à un autre stimulus comme l’argent permet de penser qu’il existe différentes voies vers la récompense », expliquent les auteurs. « Ces résultats pourraient aider à la mise au point de thérapies pour traiter des troubles liés à la récompense, dont l’apathie, la dépression et la toxicomanie ».

Partager cet article