Antibiotiques : des fiches pour mieux les prescrire

[21 novembre 2016 - 14h35] [mis à jour le 21 novembre 2016 à 14h47]

L’utilisation massive et répétée de traitements antibiotiques inadaptés favorise l’apparition de bactéries résistantes à ces médicaments. Pour inciter les médecins généralistes à prescrire moins et mieux ces molécules, la Haute Autorité de Santé (HAS) publie des fiches mémo pour les infections les plus fréquentes.

Rhinopharyngite, angine, otite de l’enfant et de l’adulte, ainsi que les infections urinaires de la femme. Ces pathologies constituent les infections les plus fréquentes. Pour réduire le mésusage des antibiotiques dans le traitement de celles-ci, la HAS en partenariat avec la Société de Pathologie infectieuse de Langue française (SPILF), propose plusieurs fiches mémos.

Dans ces fiches, destinées aux médecins généralistes, la HAS fournit « une synthèse des éléments permettant de déterminer la nécessité ou non d’un recours à un antibiotique et de choisir alors la molécule et la posologie appropriées (dose et durée) ». Par exemple, « en cas de rhinopharyngite aiguë chez un enfant, la prescription d’antibiotiques n’est pas nécessaire ». Ou encore, « en cas d’angine aiguë chez un enfant de moins de 3 ans et chez un enfant de plus de 3 ans ayant une angine aiguë d’origine virale, la prescription d’antibiotiques n’est pas non plus justifiée ». Ces documents s’inscrivent dans la démarche du Gouvernement qui a défini une feuille de route visant à maîtriser l’antibiorésistance.

La France, mauvais élève

La France est un pays à très forte consommation d’antibiotiques. Or cette classe médicamenteuse est « le seul traitement dont la cible est un autre organisme vivant, les bactéries, qui s’adaptent et développent des résistances ». L’usage excessif de ces molécules se traduit donc par « l’émergence progressive de bactéries multi-résistantes ».

Au total, 6 fiches mémos sont disponibles sur les infections respiratoires hautes chez l’enfant et l’adulte :

Et 3 fiches mémos sur les infections urinaires chez la femme :

Partager cet article