Mieux contrôler la consommation d’antibiotiques dans la région Europe, c’est l’un des défis que s’est lancée l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Voilà qui ne relève pas de la mince affaire tant les données de certains pays sont difficiles à obtenir. C’est dire si le rapport qu’elle vient de publier sur ce sujet est précieux. Notamment dans l’optique de mieux cerner (et combattre) le phénomène d’antibiorésistance

Pour la première fois, l’OMS a répertorié des données concernant la « consommation d’antimicrobiens » de pays non membres de l’Union européenne. Réalisé en partenariat avec l’Université d’Anvers (Belgique), son travail, a permis de collecter et d’analyser les données globales de 13 pays : l’Arménie, l’Azerbaïdjan, le Bélarus, la Bosnie-Herzégovine, la Croatie, la Géorgie, le Kirghizistan, le Kosovo, le Monténégro, la République de Moldavie, la Serbie, le Tadjikistan et la Turquie.

Résultat, certains participants ont été classés comme « grands consommateurs ». C’est le cas du Monténégro, du Tadjikistan et de la Turquie. Par arraport aux pays de l’UE, ils consomment jusqu’à quatre fois plus de pénicillines.

D’autres en revanche, sont considérés comme « consommateurs modérés (Arménie, Azerbaïdjan, Bélarus, Bosnie-Herzégovine) » en raison de l’accès limité d’une partie importante de la population à ces médicaments.

Des tendances inquiétantes

Ce travail a permis de mettre en lumière divers comportements, tant dans la prescription que dans la consommation de ces 13 pays. Ainsi l’OMS explique-t-elle que «  les prescripteurs, comme la population, y ont une connaissance limitée de la résistance aux antimicrobiens ».  (…) Zsuzsanna Jakab, directrice régionale de l’OMS pour l’Europe ajoute que  « cette cartographie de la consommation d’antibiotiques constitue la première étape du recensement et de la lutte contre un problème croissant de santé publique : l’antibiorésistance ».

Dans la mesure où « ce problème » ne connaît pas de frontières,  l’OMS se félicite de telles constatations qui « favoriseront la prise de mesures réglementaires aux niveaux national et européen sur l’approvisionnement, la prescription, la consommation et la distribution des antibiotiques. »

Partager cet article