Antiparasitaires pour chiens : pas pour les chats

[28 juin 2013 - 14h34] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h57]

En 2012, l’ANSES a enregistré 258 déclarations d’effets indésirables chez des chats. ©ANSES

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) signale à nouveau plusieurs cas de « réactions indésirables graves voire mortelles chez des chats traités avec des antiparasitaires (…) destinés aux chiens ».  . Elle rappelle aux propriétaires de ne pas traiter leur animal avec des médicaments qui ne lui sont pas destinés.

C’est dans le cadre du dispositif de pharmacovigilance vétérinaire mis en œuvre par l’ANSES que ces réactions indésirables ont été enregistrées. Avec le retour de l’été, de nombreux propriétaires  « traitent » leur animal de compagnie  à l’aide d’antiparasitaires externes. L’agence rappelle que « ces médicaments (disponibles en pharmacies, chez les vétérinaires mais également en vente libre dans les grandes surfaces, jardineries, animaleries…) ne sont pas anodins. »

Elle insiste surtout sur le fait que les antiparasitaires pour chiens à base de perméthrine sont toxiques pour les chats. « Ces substances peuvent entraîner des troubles neurologiques (tremblements, convulsions) pouvant être mortels chez le chat, du fait de son incapacité à éliminer certains composés », précise l’ANSES. « Avec certaines formulations concentrées, comme les produits en pipettes, quelques gouttes peuvent suffire à induire des effets graves chez les animaux les plus sensibles. »

Pour éviter les intoxications, l’Agence rappelle aux propriétaires de chats de ne pas traiter leur animal avec les médicaments vétérinaires contenant de la perméthrine. En cas d’exposition accidentelle, si des effets indésirables surviennent, il est recommandé de laver le chat avec du shampooing ou du savon. Et de demander conseil à un vétérinaire, sans attendre.

Pour connaître la liste des produits concernés, rendez-vous sur le site de l’ANSES.

Ecrit par : Vincent Roche – Edité par : David Picot

Partager cet article