Le syndrome d’apnée du sommeil se caractérise par des arrêts involontaires de la respiration de 10 à 30 secondes, au cours du sommeil. Il concerne 10% de la population et représente un facteur de risque important de  maladies cardiovasculaires. Explications.

« L’apnée du sommeil est due à un relâchement des muscles de la gorge et de la langue ce qui entraîne un blocage du passage de l’air lors de la respiration », explique la Fédération française de Cardiologie. Les patients atteints ne s’en rendent souvent pas compte, car ce syndrome est relativement  silencieux et se manifeste en cours de nuit. En effet, l’apnée du sommeil correspond à une interruption momentanée de la respiration. Mais d’autres symptômes peuvent alerter : fatigue excessive, sommeil morcelé, somnolences, ronflements, troubles de la concentration durant la journée, maux de tête au réveil, essoufflement à l’effort ou palpitations…

Le cœur manque d’oxygène

Face à ces signes d’alerte, la FFC recommande de consulter le médecin. Les effets de l’apnée du sommeil sur la santé ne sont pas négligeables. En particulier sur le cœur. Ainsi, les malades présentent un risque accru de survenue d’une maladie cardiovasculaire. L’explication ? « Cette affection entraînerait un déficit d’oxygène au niveau du cerveau (hypoxie) », explique la FFC. Par ailleurs, « les cardiologues affirment que chaque micro-réveil augmente la pression artérielle et le rythme cardiaque. » A long terme, l’apnée du sommeil peut donc être à l’origine d’une hypertension sévère, d’accidents vasculaires cérébraux, d’infarctus du myocarde, de troubles du rythme ou de la conduction électrique ou encore d’insuffisance cardiaque.

Pour savoir si vous souffrez de ce syndrome, la FFC met à disposition un outil très simple de dépistage afin de mieux évaluer les signes d’alertes. Un questionnaire en ligne basé sur l’échelle d’Epworth permet ainsi de déterminer si l’on est susceptible d’être atteint de somnolence diurne, un des symptômes d’apparition d’apnée du sommeil. Au moindre doute, parlez-en à votre médecin, cardiologue et/ou pneumologue. Il vous dirigera le cas échéant, vers un spécialiste dans un centre du sommeil, un somnologue.

Partager cet article

SYNDICAT DE LA PRESSE INDÉPENDANTE D'INFORMATION EN LIGNE
Service de Presse en Ligne reconnu par la Commission paritaire des Publications et Agences de Presse (CPPAP) sous le n°0318 W 90885 (article 1er de la loi n° 86-187 du 1er août 1986 portant réforme du régime juridique de la presse)