Vivantes mais fragiles, les dents sont souvent la cible des accidents (chutes, chocs, coups). Un risque de traumatisme d’autant plus élevé à la saison estivale, période propice aux activités de plein air. De la simple consultation aux urgences, comment réagir ?

Que vous ayez une dent déplacée, cassée ou expulsée, ne laissez pas la situation empirer. Consultez  votre dentiste aussi vite que possible et informez-le des circonstances de l’accident. « En fonction de ces précisions, ce dernier vous rédigera un certificat permettant une prise en charge par votre assurance des soins nécessaires », souligne l’Union française pour la santé bucco-dentaire (UFSBD). « Il vous indiquera aussi les éventuelles suites de traitement ».

Mais avant de vous déplacer chez le dentiste, quelques gestes peuvent limiter les complications :

  • Des blessures localisées dans et autour de la bouche, nettoyez les plaies pour apaiser les potentielles tuméfactions. Vérifiez que les arcades dentaires ne sont pas fracturées et qu’elles ne bougent pas ;
  • Une dent fracturée. Essayez de retrouver le morceau cassé. Conservez-le dans du sérum physiologique ou dans de l’eau, votre dentiste pourra peut-être le recoller !
  • Une dent déplacée ou mobile. Ne touchez pas votre dent pour éviter que la zone atteinte ne devienne encore plus fragile. Le choc et le déplacement peuvent provoquer une fracture de la racine ou de l’alvéole dentaire. Exit aussi les bains de bouche, certains des composants antiseptiques peuvent s’avérer agressifs pour les dents et les gencives ;
  • Une dent définitive expulsée. Cette situation relève de l’urgence, ne perdez donc pas de temps à vous rendre chez le dentiste. Le délai d’intervention est en effet très court : si la dent est réimplantée dans les 30 minutes, le succès est d’environ 70%, contre 2% d’échec lorsque 2 heures s’écoulent entre le choc et l’implantation. Avant de partir aux urgences, récupérez la dent expulsée par la racine, jamais par la couronne. Evitez de la passer sous l’eau ou de la nettoyer à l’aide d’un désinfectant. Pour une conservation optimale, placez-la « dans du lait stérilisé à faible teneur en matières grasses, de la salive ou du sérum physiologique. La dent peut aussi être conservée dans une compresse ou dans la bouche du patient ».

Partager cet article