Avez-vous droit à l’avion?

[21 juillet 1998 - 18h35]

Tout le monde ou presque peut aujourd’hui prendre l’avion, à condition de concilier un minimum de facteurs parfois contradictoires.

Quand l’avion vous transporte à 30-35.000 pieds (10-11.000 mètres), la pression à l’intérieur de la cabine est artificiellement ajustée à celle qui règne à 2.000 m d’altitude. L’apport en oxygène est donc diminué. C’est pourquoi une angine de poitrine instable, un infarctus récent (moins d’un mois), une insuffisance cardiaque ou une anémie sévère sont des contre-indications au voyage aérien.

Sur un vol long-courrier, la station assise prolongée et la sécheresse de l’air accentuent le risque de troubles de la coagulation. Il faut donc s’abstenir d’un long voyage après une phlébite récente, une embolie pulmonaire et au cours du dernier mois de grossesse.

Enfin, les changements de pression à la montée et à la descente de l’appareil peuvent entraîner des douleurs vives en cas d’otite et de sinusite aiguë, et on s’abstiendra également de voler en cas de pneumothorax ou de décollement de la rétine.

Il y a en fait trois conseils à retenir:

• pour toute personne à risque, passer une visite médicale avant le voyage et pour toutes les autres
• boire un grand verre d’eau et quitter son fauteuil pour quelques pas dans l’allée toutes les deux heures. Pour toute personne à risque, passer une visite médicale avant le voyage et pour toutes les autres, boire un grand verre d’eau et quitter son fauteuil pour quelques pas dans l’allée toutes les deux heures.

Partager cet article