Intoxications: la betterave est un plat qui se mange… cuit !

[18 janvier 2017 - 16h38] [mis à jour le 18 janvier 2017 à 17h09]

La consommation de betteraves crues présente des risques pour la santé. Suite à des cas de toxi-intoxications alimentaires collectives (TIAC) rapportés à la fin de l’année 2016, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) rappelle de simples mesures de précaution. Mieux vaut manger ces légumes froids ou chauds… mais cuits !

Fin 2016 en Pays de la Loire, 45 cas de toxi-intoxications alimentaires collectives (TIAC) liées à l’ingestion de betteraves rouges crues ont été rapportés auprès de la DGCCRF. Une situation non isolée sur l’année 2016, en France mais aussi dans d’autres pays d’Europe. Ces incidents n’ont engendré aucune hospitalisation. Et toutes les victimes ont souffert de symptômes passagers (troubles digestifs tels que des diarrhées et des vomissements).

Aucune explication ne permet de déterminer « la cause des TIAC liée à la consommation de betteraves », prévient la DGCCRF. « Mais en conséquence et dans l’attente de recherche complémentaire, [il est recommandé] de ne pas servir de betteraves crues dans les restaurants collectifs des établissements d’enseignement et dans les maisons de retraite ». Les enfants, les personnes âgées et les patients immunodéprimés sont en effet particulièrement sensibles aux toxi-intoxications alimentaires.

Partager cet article