Bronchiolite : quelle prise en charge ?

[16 janvier 2020 - 16h31]

L’épidémie de bronchiolite est toujours très active partout en France métropolitaine. L’occasion de rappeler comment réagir en cas d’infection chez un nourrisson.

En cette saison, les tout-petits sont particulièrement fragiles face aux infections microbiennes. Parmi les maladies les plus fréquentes, la bronchiolite aiguë, une infection virale contagieuse, expose les nourrissons à des complications respiratoires. En effet, avant 6 mois notamment le bébé ne respire que par le nez. L’obstruction des voies aériennes due à l’infection par le virus l’empêche alors de bien s’oxygéner. Chaque hiver, 480 000 enfants sont affectés.

Si votre nourrisson présente les symptômes d’une bronchiolite aiguë (encombrement bronchique, gêne respiratoire, respiration rapide et sifflante…), consultez un professionnel de santé. Si aucun signe de gravité n’est observé, le premier soin à prodiguer est le lavage de nez. Une manipulation à effectuer plusieurs fois par jour qui l’aidera à respirer. En outre, l’environnement autour du nourrisson doit être sain : absence de tabagisme, température des pièces autour de 18 ou 19 degrés, hygiène globale…

Malgré ces soins, si les signes suivant surviennent, consultez à nouveau :

– Il est fatigué, moins réactif ou très agité ;

– Sa respiration est devenue plus rapide ;

– Il devient gêné pour respirer et il creuse son thorax ;

– Il boit moins bien sur plusieurs repas consécutifs.

– Appelez le 15 s’il fait des pauses respiratoires, s’il fait un malaise, s’il ne réagit plus, dort sans arrêt et geint, s’il devient bleu autour de la bouche.

Qu’en est-il de la kinésithérapie respiratoire ?

Récemment, la Haute Autorité de Santé (HAS) a émis des recommandations concernant la prise en charge de la bronchiolite. Les manipulation de kinésithérapie respiratoire de désencombrement bronchique sont désormais non recommandées pour le premier épisode de bronchiolite aiguë du nourrisson de moins de 12 mois. L’âge durant lequel le bébé est le plus exposé à des complications de l’infection.

« Les techniques de kinésithérapie respiratoire traditionnelles comme le clapping ou la vibration par exemple sont contre-indiquées », précise la HAS.

A noter : La phase aiguë de la bronchiolite dure en moyenne 10 jours. Une toux légère isolée peut être observée jusqu’à 4 semaines. Passé ce délai si votre enfant est encore gêné pour respirer, consultez à nouveau votre médecin.

Partager cet article