Diagnostiqué chez 45 000 patients chaque année à travers l’Hexagone, le cancer du côlon touche principalement les plus de 50 ans. Age à partir duquel un test de dépistage est recommandé tous les deux ans. Mais cet acte de prévention qui sauve des vies n’est pas assez pratiqué en France. Piqûre de rappel à l’occasion de la campagne Mars Bleu !

En France, le taux de participation au dépistage organisé du cancer colorectal s’élève à 33,5%. Un taux encore insuffisant, rappellent l’Institut national du Cancer (INCa) et Santé publique France, à l’occasion de la campagne nationale Mars Bleu.

Le test à réaliser à domicile consiste à prélever un échantillon de selles pour détecter la présence de sang Il est recommandé « aux hommes et femmes âgés de 50 à 74 ans, ne présentant ni symptômes, ni facteurs de risque autre que l’âge ». Soit 16,5 millions de Français au total.

Si le test se révèle positif, cela ne signifie pas nécessairement la présence d’une tumeur. Pour s’en assurer, une coloscopie est indiquée, permettant de déceler la présence éventuelle de polypes et les retirer avant qu’ils n’évoluent en cancer.

Comment ça marche ?

Simple à réaliser, ce test s’effectue à la maison après réception du courrier vous invitant à vous procurer le kit en pharmacie. Celui-ci peut aussi être remis par le médecin traitant. Il suffit de prélever un échantillon de selles à l’aide d’un petit bâton, de le déposer dans un tube hermétique et de remplir la fiche reçue par courrier. Puis d’envoyer le tout au laboratoire : les coordonnées sont indiquées sur ce même courrier.

Voici le mode d’emploi en vidéo

Détecté assez tôt, un cancer colorectal peut être guéri dans 90% des cas, contre 13% lorsqu’il est pris en charge à un stade métastatique.

A noter : troisième cancer en termes d’incidence, la tumeur colorectale est à l’origine de 18 000 décès chaque année en France.

Partager cet article