Le PET scan améliore grandement le diagnostic et le suivi des cancers, notamment. Une équipe américaine en recommande vivement l’utilisation combinée, avec un scanner conventionnel, pour détecter au plus tôt les métastases de cancers des ovaires.
Récent et très performant, cet appareil est aussi –faut-il le préciser, rarissime en France où 7 exemplaires seulement sont installés… Aux Etats-Unis donc, à l’Université Johns Hopkins de Baltimore, des radiologues ont testé cette association PET scan/scanner sur 23 patientes atteintes d’un cancer des ovaires, avec ou sans suspicion de métastases abdominales.

Le résultat est particulièrement probant. « L’utilisation combinée des deux techniques permet de distinguer une tumeur maligne d’une autre, bénigne, avec une précision de 100%. Contre seulement 50% lorsque le PET scan est utilisé seul », souligne le Dr Henry Wagner, directeur de l’étude.

Il est probable que la France devra attendre pour vérifier cet apport, qui paraît capital. Les PET scan sont en effet encore très peu utilisés chez nous : 7 appareils installés alors que les besoins sont estimés à… 60 ! Avec 0,08 PET scan par million d’habitants, la France est même le pays européen le moins équipé. Loin derrière la Belgique (2,10) et l’Allemagne (1,04)…

Partager cet article