La ministre en charge de la santé Agnès Buzyn s’engage à augmenter le remboursement des perruques auprès des patients, femmes et hommes, pris en charge pour un cancer. Une décision annoncée ce 21 juin sur la chaîne Cnews.

Ce 21 juin sur la chaîne Cnews, la ministre en charge de la Santé a promis un meilleur remboursement des perruques pour les patientes et les patients atteints d’un cancer, et traités par chimiothérapie.

« Bien sûr, c’est une mesure que j’ai rédigée moi-même quand j’ai écrit le plan cancer pour le gouvernement précédent », a-t-elle précisé. A cette date, Agnès Buzyn dirigeait l’Institut national du cancer (INCa). Précisément la promesse inscrite dans le Plan cancer 3 de 2014 visait à doubler « le tarif de remboursement par l’Assurance-maladie obligatoire des prothèses capillaires ».

Une perruque coûte en moyenne 400 euros

Mais 4 ans plus tard, les associations de patients s’offusquent du fait que non, rien n’a changé. Et « le dossier perruque semble être resté dans les tiroirs du Comité économique de produits de santé*, en attente », lit-on aussi sur le site de Rose Magazine.

Jusqu’ici le remboursement d’une perruque s’élève à 125 euros, alors que cette dernière coûte en moyenne 400 euros. Un reste à charge important pour les patients. Une pétition circule toujours en faveur d’un remboursement à 300 euros.

La HAS s’était exprimée en 2016

En mars 2016, la Haute Autorité de Santé (HAS) s’était prononcée sur la question. . Et sa déclaration allait plus loin que le simple remboursement des perruques. Elle préconisait aussi « le remboursement des accessoires : 1 en complément d’une prothèse (terme désignant une perruque ndlr) et 3 pour les personnes ne souhaitant pas porter de prothèse. Si le remboursement passe de 125 à 250 euros, les femmes pourraient non seulement avoir une belle perruque mais aussi deux turbans et deux franges par exemple », rappelle le site Rose Magazine.

*chargé de négocier le prix du dispositif et du remboursement avec les industriels

Partager cet article