Multifactoriels, les cancers des voies aérodigestives supérieures (VADS) peuvent être liés à une inflammation chronique des tissus. Un phénomène particulièrement provoqué par le reflux gastro-œsophagien (RGO).

Chaque année dans le monde, les cancers des voies aérodigestives supérieures (VADS) coûtent la vie à plus de 360 000 patients. L’apparition de ces tumeurs localisées dans les appareils respiratoires et/ou digestives peut être, entre autres facteurs, liée à l’inflammation chronique des tissus (bouche, pharynx, larynx ou encore œsophage).

Cancers de la gorge, des amygdales et des sinus 

Mais le reflux gastro-œsophagien (RGO), caractérisée par des remontées chroniques acides dans l’estomac, l’œsophage et la bouche, augmente-t-il le risque de souffrir de l’un de ces cancers VADS ? Pour le savoir, des scientifiques ont suivi 13 805 patients diagnostiqués pour un cancer VADS, et 13 805 autres épargnés par ces tumeurs. Une étude menée entre 2003 et 2011.

Résultats, « la proportion de RGO était bien plus élevée dans le groupe atteint d’un cancer VADS comparé au groupe contrôle ». Un lien de cause à effet particulièrement repéré pour « les tumeurs de la gorge, des amygdales et des sinus ».

Mais d’autres travaux doivent être menés à ce sujet. Cette étude « présente en effet des limites. L’incidence du tabagisme et de la consommation d’alcool, principaux facteurs de risque des cancers VADS, n’a pas été relevée ». Ainsi, à partir de ces données, « il est impossible d’établir l’impact de la seule présence de RGO sur le risque de cancers VADS ».

Partager cet article