Cataracte : des implants pour voir sans lunettes !

[16 mars 2016 - 16h05] [mis à jour le 16 mars 2016 à 17h56]

Près de 750 000 Français se font opérer de la cataracte chaque année.. Cette intervention chirurgicale consiste à poser des implants dits intraoculaires. Aujourd’hui, de nouveaux dispositifs permettent de retrouver une vision de qualité, sans avoir besoin de lunettes.

Les premiers signes de la cataracte apparaissent lentement. Ses effets se font généralement ressentir après 60 ans et concernent une personne sur cinq à 65 ans. La maladie se caractérise par une altération de la transparence du cristallin. Cette précieuse lentille permet aux images de se former au fond de l’œil, sur la rétine. Au fur et à mesure du développement de la cataracte, entre 65 et 70 ans, plusieurs symptômes apparaissent :

  • coloration ambrée ;
  • diminution de la vision de loin;
  • baisse majeure de l’acuité visuelle.

Quel traitement ?

Le seul traitement est d’ordre chirurgical. Le plus souvent, le cristallin naturel est remplacé par un cristallin artificiel en matériau synthétique. Le tout se déroule en hospitalisation de jour. « Au cours de la consultation, nous vérifions que la rétine est normale, et regardons si le patient ne présente pas un glaucome. Ensuite, nous lui donnons un rendez-vous en lui expliquant qu’il restera quelques heures à la clinique », explique le Dr Jean-Luc Salomon, chirurgien ophtalmologiste à Limoges.

La chirurgie de la cataracte ne nécessite qu’une anesthésie locale. « Nous instillons des gouttes anesthésiantes. Puis on pratique une petite incision de deux millimètres. On fragmente et on aspire le cristallin devenu opaque. La poche qui le contenait reste en place, c’est dans cette dernière que l’on va introduire l’implant intraoculaire», explique le Dr Salomon. «Les deux yeux sont souvent opérés à quelques semaines d’intervalle. Généralement le patient récupère sa vision très rapidement ».

Mieux voir de près comme de loin

Le choix de l’implant est déterminant. « Avec les implants standards, la règle c’est de corriger le défaut de vision de loin. Les implants toriques s’avèrent aussi efficaces dans la prise en charge de l’astigmatisme. Les implants standards présentent un inconvénient : ils ne corrigent que la vision de loin et ne donnent pas une bonne vision de près. Les patients devront donc porter des lunettes pour lire ».

Il existe aussi des implants multifocaux Ces derniers offrent une vision nette de près, à distance intermédiaire et de loin. Ils partagent la lumière créant plusieurs images. Le cerveau sélectionne l’image nette. Grâce à ce dispositif, les patients peuvent se passer de lunettes après l’opération. Seuls inconvénients, les implants multifocaux réduisent les niveaux de brillance et de contraste. Et favorisent l’apparition de halos autour des sources lumineuses.

Dans l’œil de l’innovation

Enfin, les implants à profondeur de champ TECNIS Symfony® offrent une vision nette continue de loin comme de près. Mis au point par Abbott, ils dispensent généralement du port de lunettes. Ces implants donnent une vision de haute qualité avec un niveau de halos et d’éblouissements similaire à un implant monofocal standard. Et ceci sans sacrifier la clarté visuelle ou la sensibilité au contraste.

Une récente étude européenne met en avant ces bénéfices.  Au total, 146 personnes opérées des deux yeux depuis plus de 3 mois ont reçu cet implant de nouvelle génération. Résultat, 99% des volontaires ne mentionnaient pas de halos importants, et 90% étaient épargnés d’éblouissement la nuit. Enfin 94% des répondants se disaient globalement satisfaites ou très satisfaites par leur vision sans lunettes.

Partager cet article

Aller à la barre d’outils