C’est quoi le placenta accreta ?

[01 avril 2019 - 16h11] [mis à jour le 01 avril 2019 à 16h12]

Pathologie rare, le placenta accreta correspond à une anomalie de l’insertion placentaire. En d’autres termes, le placenta est inséré au mauvais endroit sur l’utérus. Explications.

Plus fréquent après une césarienne ou chez une femme ayant déjà accouché à plusieurs reprises, le placenta accreta est favorisé par des lésions au niveau de l’utérus. Le placenta se fixe alors sur l’utérus directement au contact du myomètre, le muscle qui permet le travail au moment de l’accouchement. Or, si celui-ci est abîmé par ce phénomène, une hémorragie importante peut survenir lors du travail.

Un diagnostic pas facile

Pour diagnostiquer un placenta accreta, les gynécologues surveillent les signes échographiques pendant la grossesse. « En cas de doute, la patiente sera adressée à un échographiste référent dans une maternité disposant d’un plateau technique adapté », indique le Dr Marc Even Silberstein sur le site Gynéco-Online. En effet, l’IRM permet plus sûrement de repérer cette anomalie. Malgré tout, certaines femmes ne sont diagnostiquées qu’au moment de l’accouchement.

Cette anomalie reste rare mais l’augmentation du nombre d’accouchements par césarienne l’a rendu plus fréquente ces dernières années en France. Ainsi, « le nombre croissant de césariennes réalisées souligne l’importance d’un dépistage ciblé », estime le Dr Even Silberstein.

A noter : dans plus de 60% des cas, un placenta praevia (placé trop bas dans l’utérus) y est associé.

Partager cet article