L’Hôpital européen Georges-Pompidou (AP-HP) annonce ce lundi soir le décès du patient de 76 ans qui a bénéficié de la première implantation du cœur artificiel total Carmat. Il est décédé le 2 mars, soixante quinze jours après l’intervention. Les causes, ne sont pour l’heure, « pas connues ».

«Soixante quinze jours après l’implantation du premier cœur artificiel bioprothétique CARMAT chez un homme  de 76 ans souffrant d’une insuffisance cardiaque terminale, le malade est décédé le 2 mars 2014 », annonce l’AP-HP. A ce stade, les causes du décès ne sont pas rendues publiques. « Elles ne pourront être connues qu’après l’analyse approfondie des nombreuses données médicales et techniques enregistrées ».

« D’ores et déjà, les médecins directement impliqués dans les soins postopératoires désirent souligner  l’importance des premiers enseignements qu’ils ont pu tirer de ce premier essai clinique, concernant la  sélection du malade, le suivi postopératoire, le traitement et la prévention des difficultés rencontrées », poursuivent les représentants de l’AP-HP.

« L’importance aussi des soins délivrés avec dévouement et compétence par les personnels paramédicaux », concluent-ils. «  L’importance enfin du soutien apporté par la famille d’où émerge la haute figure du malade lui-même, qui, pleinement conscient de l’enjeu, a, par sa confiance son courage et sa volonté, apporté une contribution  mémorable aux efforts engagés par les médecins pour lutter contre une maladie en pleine évolution.»

 

Partager cet article