Mauvaise éducation ou besoin physiologique ? Les joueurs de football éprouvent bien souvent le besoin de cracher sur la pelouse. Alors comment expliquer cette manie ?

La pratique sportive, et a fortiori lorsque celle-ci est intense chez les athlètes de haut niveau, provoque des changements physiologiques importants. Par exemple, une importante sudation et une accélération du rythme cardiaque se déclenchent. Que se passe-t-il dans la bouche des sportifs ? Ou plus précisément au niveau de leurs glandes salivaires ?

En réalité, la stimulation sympathique, c’est-à-dire l’accélération du cœur, provoquée par l’effort physique modifie la composition de la salive. De plus, l’exercice physique agirait également sur la sécrétion de mucus. L’augmentation du débit respiratoire stimule la muqueuse qui tapisse les bronches et lui fait produire plus de mucus bronchique. Contrairement à la simple salive, les crachats sont donc composés d’un amas de sécrétion provenant des bronches ou de la trachée. Ainsi modifié, le contenu buccal est composé de moins d’eau et devient plus filant ou plus collant. Cette matière est alors peu agréable dans la bouche. Cela explique sans doute en partie le besoin des sportifs de s’en débarrasser.

Pourquoi les footballeurs plus que les autres sportifs ?

Le fait de cracher ne serait donc pas uniquement un simple réflexe répugnant. Pourtant, force est de constater que certaines disciplines sont épargnées par cette habitude répugnante. Les tennismen et women tout comme les basketteurs ne semblent pratiquent pas le crachat à tout bout de champ. Aucune explication scientifique n’est avancée en la matière.

Partager cet article