Dents : les inégalités sociales touchent aussi les enfants

[05 septembre 2013 - 12h00] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h58]

©Phovoir

La santé bucco-dentaire des enfants s’est nettement améliorée ces vingt dernières années. Pour autant, des inégalités sociales en matière de recours aux soins persistent. Les enfants d’ouvriers ont notamment plus de caries et consultent moins le dentiste que les enfants de cadres. Une étude pointe ces différences aux conséquences non négligeables sur la santé en général.

L’étude publiée par la Direction de la Recherche, des Etudes, de l’Evaluation et des Statistiques (DREES) dresse un bilan encore très inégalitaire en matière de santé bucco-dentaire chez les plus jeunes. « À l’instar du surpoids et de l’obésité, la santé bucco-dentaire reste un marqueur d’inégalités sociales dès le plus jeune âge », notent ses auteurs. Ainsi, sur 10 enfants de cadres âgés de 6 ans, 9 n’avaient jamais eu de caries en 2006. Chez les enfants d’ouvriers, le ratio était de 7 sur 10. Et « si la situation s’est améliorée ces dernières années, des disparités selon le milieu social des parents se sont maintenues tant sur l’état de santé bucco-dentaire que sur le recours au dentiste ».

La prévention dès le plus jeune âge

Ces écarts se traduisent par un repérage plus tardif des caries. « En maternelle, à l’examen de santé scolaire obligatoire, 4% des enfants de cadres ont au moins une carie non soignée contre 23% des enfants d’ouvriers. » De plus, ces inégalités sociales dans l’enfance sont pénalisantes pour la santé bucco-dentaire de l’adulte en devenir. « Les habitudes de soins et de suivi régulier non prises dans l’enfance auront plus de mal à s’acquérir à l’âge adulte », soulignent les auteurs. En outre, « la mauvaise santé bucco-dentaire peut avoir des conséquences graves sur l’état de santé général, physique comme psychologique (maladies cardiovasculaires, obésité…). »

Pour réduire ces inégalités, l’Assurance-maladie a lancé en 2007 le programme de prévention « M’T’Dents ». Des consultations gratuites sont proposées à différents âges de l’enfance et de l’adolescence. En 2010, près des trois-quarts des 6, 9 et 12 ans ont bénéficié de ce dispositif, mais là encore des écarts existent entre groupes sociaux.

Certes 70% des 5-15 ans avaient consulté un chirurgien-dentiste au cours des douze derniers mois en 2008. Mais « ce pourcentage masque à la fois des inégalités sociales et territoriales, puisque ce sont 8 enfants de cadres sur 10 qui ont consulté un dentiste dans l’année contre 6 enfants d’ouvriers. »

Ecrit par : Dominique Salomon – Edité par : Emmanuel Ducreuzet

Partager cet article