Des astuces pour tomber enceinte ? Le vrai/faux

[04 juin 2018 - 14h53] [mis à jour le 04 juin 2018 à 17h26]

Garder les jambes en l’air pendant une demi-heure après le rapport sexuel, ne pas se doucher ou encore faire l’amour plusieurs fois par jour pendant l’ovulation… Les idées reçues concernant les méthodes efficaces pour tomber enceinte sont légion. Pourtant la plupart s’avère… de la poudre aux yeux. Le point avec le Dr Franklin Joulie, gynécologue spécialisé en PMA à la clinique Jules Verne de Nantes.

Si l’on souhaite tomber enceinte, il faut garder les jambes en l’air après un rapport sexuel

Faux. Cela ne sert à rien. La fraction des spermatozoïdes les plus fécondants se trouve au tout début de l’éjaculat. Ils ne risquent donc pas de ‘ressortir’, même si vous vous redressez tout de suite. Ou d’ailleurs si le rapport se fait debout. C’est aussi pourquoi prendre une douche après la relation sexuelle ne change rien aux chances de tomber enceinte. Les spermatozoïdes se trouvent piégés dans la glaire.

Il est recommandé de faire l’amour plusieurs fois par jour au moment de l’ovulation

Vrai et Faux. Une fertilité est considérée comme optimale à deux rapports par semaine dans une période de fécondité. Multiplier les rapports n’a donc pas d’intérêt particulier en la matière. Il s’agit davantage de timing. L’important est donc d’avoir des rapports au moment le plus fécondant, c’est-à-dire celui de l’ovulation. Ou plus exactement juste avant, car si l’ovocyte est fécondable quelques heures, les spermatozoïdes ont une durée de vie un peu plus longue, jusqu’à deux ou trois jours.

L’orgasme est nécessaire à une fécondation

Faux. Aucunement en termes de fertilité. Il n’y a que l’éjaculat qui compte. C’est le cas pour la femme comme pour l’homme. L’éjaculation sans orgasme ou la pré-éjaculation au cours de jeux sexuels peuvent suffire à tomber enceinte.

L’âge des ovaires

En réalité, « l’élément le plus déterminant reste l’âge de la femme », rappelle le Dr Joulie. « Ou plus exactement celui de ses ovaires. » Par conséquent, « à partir de 35 ans, si la grossesse ne vient pas spontanément, il ne faut pas attendre trop longtemps avant de consulter », recommande-t-il. « N’hésitez pas à consulter pour faire un bilan, composé d’une échographie et d’une prise de sang pour la femme et d’un spermogramme pour l’homme. Cela n’engage pas du tout à entrer dans un parcours de Procréation médicalement assistée (PMA). » En revanche, « cette démarche peut rassurer le couple qui pourra alors poursuivre naturellement son projet de conception, ou lui donner plus de chances grâce à l’aide de la médecine ».

L’hygiène de vie avant tout

Finalement, ce qui peut changer éventuellement les chances de tomber enceinte, c’est l’hygiène de vie. « Il est impératif d’éviter tous les toxiques, comme la cigarette, le cannabis, l’alcool, car ils diminuent la fertilité », insiste Franklin Joulie. Quant au reste, « pratiquer régulièrement une activité physique, sans excès, et maintenir un poids normal font partie des éléments favorisant les chances de concevoir », conclut-il.

Partager cet article