L’Agence nationale du Médicament (ANSM) vient d’établir une Recommandation Temporaire d’Utilisation (ATU) pour Avastin® (indiqué dans plusieurs cancers) dans le traitement de la DMLA humide. Or le laboratoire Roche qui commercialise ce traitement « réitère son opposition à une telle mise en place alors que plusieurs alternatives thérapeutiques dûment autorisées sont disponibles dans la DMLA ».

Lundi 22 juin 2015, les laboratoires Roche se sont en effet opposés « à l’utilisation d’Avastin® en ophtalmologie dans le cadre d’une RTU ». Ses responsables indiquant ne pouvoir « assumer la responsabilité de la mise en place et du suivi d’un usage d’Avastin® », dans le traitement de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA).

De son côté, l’ANSM rappelle cependant que « selon les dispositions du Code de la santé publique, la mise en œuvre d’une RTU et le suivi des patients inclus dans ce dispositif incombent au titulaire de l’autorisation de mise sur le marché (AMM). » Donc au laboratoire !

La RTU devrait entrer en vigueur à compter du 1er septembre 2015 et pour une durée de trois ans. Rappelons qu’une RTU permet d’encadrer l’accès à un médicament dans des indications ou des conditions d’utilisation différentes de son AMM. Cette mesure pourrait permettre à l’Assurance-maladie de réaliser des économies. L’Avastin® coûte en effet 30 fois moins cher que le traitement existant, le Lucentis®, commercialisé par le laboratoire Novartis. Reste à savoir qui de Roche ou de l’ANSM aura le dernier mot…

Partager cet article