Don d’organes : faites-vous entendre !

[19 juin 2015 - 16h13] [mis à jour le 19 juin 2015 à 16h16]

La majorité des Français se disent favorables au don d’organes, « mais peu d’entre eux prennent l’initiative de le dire à leur entourage », déclare l’Agence de la Biomédecine. Il s’agit pourtant de « sauver ou changer radicalement (…) des vies ». Un message fort délivré à l’occasion de la 15ème Journée nationale de réflexion sur le don d’organes et la greffe et de reconnaissance aux donneurs, organisée le lundi 22 juin.

En 2014, un total de 20 311 Français était dans l’attente d’une greffe. Parmi eux, 5 357 (soit 29,01%) ont pu bénéficier d’un don d’organe. Du mieux, comparé à 2013 : cette année-là, 27% des 18 976 patients enregistrés sur la liste nationale des greffes ont été transplantés. « Ces progrès démontrent l’engagement fort des équipes de prélèvement et de greffe », affirme l’Agence de la biomédecine.

Reste que chaque année, environ 220 personnes décèdent faute de donneur. Et pour cause, « le taux schéma greffed’opposition au don d’organe n’a jamais été aussi élevé en France », déclare la Fédération nationale d’aide aux insuffisants rénaux (FNAIR). « Aujourd’hui 33% de la population s’y oppose, contre à peine 10% en 1990. »

Que dit la loi ?

Depuis 1976, la loi Cavaillet pose les trois principes que sont la gratuité, l’anonymat mais aussi le consentement présumé. En effet, « toute personne est considérée comme consentante au don d’organes et de tissus si elle n’a pas exprimé de volonté contraire de son vivant ». Toute opposition est à déclarer sur le registre national des refus (automatiquement consulté par les médecins quand le prélèvement d’organes est possible). En clair, que l’on soit pour ou contre le don de ses organes, il convient d’en faire part à vos proches.

Des conditions pour donner ?

Si vous souhaitez faire don de vos organes, sachez que la carte de donneur n’est pas suffisante pour attester de votre volonté, contrairement à ce que pense 65% des Français. Autre idée reçue, il n’existe aucune limite d’âge pour faire don de vos organes. « Des personnes de plus de 80 ans peuvent encore donner des reins ou leur foie », affirme l’Agence de la biomédecine. En France, la moyenne d’âge des donneurs est passée de 40 ans en 1999 à 57,4 ans en 2014.

Pour en savoir plus, vous trouverez des infographies et des témoignages sur le site www.dondorganes.fr. Enfin le don s’est aussi invité sur les réseaux sociaux… rendez-vous sur la page Facebook « don d’organes je le dis ».

Partager cet article