Ebola : 9 cas en République Démocratique du Congo

[15 mai 2017 - 15h20] [mis à jour le 15 mai 2017 à 15h21]

L’épidémie d’Ebola est-elle de retour ? Une flambée a en tout cas été confirmée en République Démocratique du Congo (RDC) ce 12 mai. Au total, 9 cas suspects de la Maladie à Virus Ebola (MVE) dont 3 décès ont été rapportés dans une région isolée du pays. Un plan logistique a d’ores et déjà été établi par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

La « survenue d’une flambée de la maladie à Virus Ebola » a été confirmée auprès de l’OMS dans la zone de santé de Likati, au nord de la RDC. Le premier cas est survenu le 22 avril chez un homme de 45 ans. Transporté à l’hôpital par taxi, il est mort à l’arrivée. Le chauffeur est également tombé malade puis est décédé. Une troisième personne, ayant pris soin du premier malade, a aussi succombé.

Depuis le 22 avril, 9 cas suspects avec 3 décès ont été notifiés dans la zone de santé de Likati, soit un taux de létalité de 33,3%, selon un bilan officiel au 11 mai 2017. Au total, parmi les « cinq échantillons de sang prélevés chez les cas suspects et analysés à l’Institut national de recherche biomédicale (INRB), un seul s’est révélé positif au virus Ebola, sérotype Zaïre par RT-PCR », a indiqué le Ministre de la Santé Publique.

Organiser la riposte contre le virus

« Un plan logistique global avec des besoins urgents a été élaboré par l’OMS. « Les premières équipes – épidémiologistes, biologistes, experts en mobilisation sociale, communication du risque et engagement des communautés, tout comme les spécialistes en eau, hygiène et assainissement, devraient rejoindre la zone touchée aujourd’hui ou demain », précise le Dr Allarangar, représentant de l’OMS en RDC. Selon lui, « la zone de santé de Likati est d’accès difficile, mais le travail de suivi des cas contacts est crucial pour endiguer la flambée à partir de son foyer ».

D’autres partenaires devraient également s’engager rapidement pour apporter une réponse coordonnée et appropriée. C’est le cas de Médecins Sans Frontières, l’ONG ALIMA, UNICEF, Gavi, PAM/UNHAS, MONUSCO…

Partager cet article