Ecouter sa faim pour être mince !

[08 avril 2016 - 12h38] [mis à jour le 08 avril 2016 à 16h57]

 

Eviter les régimes drastiques et rester à l’écoute de son corps, manger équilibré et à sa faim. Voilà – selon des chercheurs de l’INSERM – la marche à suivre pour garder votre poids de forme ou perdre progressivement les kilos superflus de l’hiver.

Manger à des heures précises, peser ses aliments au gramme près, dire non à tous les plaisirs : pour garder ou retrouver la ligne, nous sommes nombreux à suivre des régimes minceurs. Si la démarche s’avère saine pour le corps et le moral, certaines privations parfois trop strictes relèvent de l’obsession. Et on le sait, à terme, la frustration n’entraîne que vengeance. Si vous ne mangez pas suffisamment et/ou éliminer de votre assiette plusieurs aliments pendant des semaines, des carences et reprises de poids se profilent en ligne de mire.

Manger quand l’organisme le demande

Mais des scientifiques de l’INSERM ont la solution pour éviter le cycle du yoyo et donc vous aider à vous sentir bien dans votre corps. Ecoutez votre appétit et faîtes-vous confiance pour sentir vos réels besoins et envies. « Les personnes qui mangent uniquement si elles ont faim et s’arrêtent une fois rassasiées, indépendamment de leurs émotions du moment, ont moins de risque d’être en surpoids ou obèses », explique l’équipe du Dr Sandrine Péneau, nutritionniste à l’INSERM*.

L’alimentation intuitive vous guide

Les scientifiques ont suivi 50 000 personnes pour évaluer le lien entre « indice de masse corporelle (IMC) et alimentation intuitive ». Soit la tendance à manger uniquement quand la faim se fait sentir, à ne pas se restreindre et « à trouver une autre alternative que la nourriture en cas de stress ou d’anxiété ». Chaque volontaire issu de la cohorte NutriNet-Santé a répondu au questionnaire Intuitive Eating Scale. Parmi eux, 11 774 hommes et 40 389 femmes âgés de 50 ans en moyenne. Tous ont renseigné leur taille, leur poids et leurs habitudes alimentaires.

Résultats, les IMC les plus équilibrés ont été observés parmi les adeptes d’une alimentation intuitive. Et notamment chez les femmes. Ce résultat confirme l’inefficacité des régimes. « Ils ne fonctionnent pas sur le long terme (…) », explique le Dr Péneau. « Les mentions ‘mangez lentement’, ‘écoutez votre faim’, ou encore ‘faîtes confiance à vos signaux corporels pourraient (…) tout à fait figurer au Programme national nutrition santé (PNNS) ».

A l’avenir la recherche devrait davantage étudier les comportements alimentaires. Et plus précisément le rapport à la nutrition en fonction de l’âge : « pourquoi les nourrissons et jeunes enfants s’arrêtent-ils de manger quand ils n’ont plus faim, alors que certains adolescents et adultes perdent cette capacité et ne perçoivent plus leurs signaux de satiété ? »

*unité 1153 INSERM/Inra/Cnam/Université Paris 13, Centre de recherche en épidémiologie et statistiques, équipe EREN, Bobigny.

Partager cet article