Eczéma infantile : pensez cure thermale !

[23 février 2004 - 00h00] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h25]

C’est bien souvent dans les 6 premiers mois de la vie que l’eczéma fait son apparition: sur le visage, le cou, les coudes et les genoux. Dans les cas extrêmes, le corps entier est affecté. Ces plaques, rouges et sèches, entraînent des démangeaisons intenses.

Parfois, une maladie respiratoire comme un asthme ou une rhinite, s’y trouve associée. Le nourrisson pleure souvent, il ne dort pas et se gratte. Sa peau devient très sèche et son grattage incessant favorise le risque de surinfection. En 30 ans, les cas d’eczéma atopique ont été multipliés par trois en Europe de l’Ouest. Aujourd’hui, 15% à 20% des enfants sont atteints.

Pour le Pr Gérard Guillet, chef de service au CHU de Poitiers où il exerce la double spécialité de dermatologue et de pédiatre, le facteur génétique n’est pas seul responsable. Une vie citadine confinée, une diversification alimentaire trop précoce et un mode de vie calqué sur celui des adultes soumettent nos petits à des allergènes puissants.

Les traitements actuels, à base de cortisone par voie orale ou en crème, ont des effets secondaires sérieux. Ils sont en outre contre-indiqués à certains enfants. Le thermalisme lui, peut adoucir le traitement du petit malade, et favoriser un arrêt graduel des médicaments les plus agressifs. Dès 5 mois, Bébé peut faire sa première cure thermale ! Les soins se font bien sûr dans les bras des parents: bain facial ou général, douche filiforme et pulvérisation avec une eau cicatrisante et anti-inflammatoire. Le séjour, de 3 semaines avec 4 soins par jour, peut paraître lourd. Mais les résultats valent la peine: au bout de 3 cures (souvent moins), l’eczéma disparaît définitivement. En revanche, chez l’adulte, une fois la maladie installée, les soins doivent être réitérés tout au long de la vie.

Partager cet article