Emergence d’une salmonelle « méga » résistante

[10 juin 2013 - 11h49] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h57]

Salmonella Kentucky, une bactérie sous surveillance -©Institut Pasteur

Des équipes des Instituts Pasteur de Paris et du Maroc attirent l’attention sur la propagation rapide de Salmonella Kentucky, une bactérie résistante à plusieurs classes d’antibiotiques. Responsable d’infections alimentaires, cette salmonelle connaît une expansion spectaculaire sur le continent africain et au Moyen-Orient. Selon les chercheurs, elle serait déjà présente dans les élevages de volailles des pays industrialisés.

Les bactéries du genre Salmonella figurent parmi les causes les plus importantes d’infections alimentaires chez l’homme. Transmises par une large variété d’aliments contaminés, comme les produits carnés, laitiers et les œufs, elles sont responsables de gastro-entérites. Lesquelles peuvent se révéler sévères chez les nourrissons, les personnes âgées et les immunodéprimés.

L’équipe du Dr François-Xavier Weill, responsable du Centre national de Référence (CNR) des Escherichia coli, Shigella et Salmonella a constaté que « la bactérie Salmonella Kentucky (S.Kentucky) poursuit son implantation avec une dynamique rapide et impressionnante. » Elle a récemment été observée en Inde et en Asie du sud-est. Plus grave, avec son équipe, ils ont constaté qu’un certain nombre de souches présentent un spectre de résistance contre l’ensemble des classes d’antibiotiques utilisées pour traiter les salmonelloses sévères.

Surveiller les volailles françaises

Ils s’inquiètent par ailleurs d’un risque d’implantation à court terme dans les élevages de volailles européens. D’ores et déjà, S.Kentucky a été identifiée dans des élevages de dindes de différents pays d’Europe. « Si cette implantation devait s’étendre, la conséquence directe serait une menace d’épidémies au sein même de du continent européen, avec des risques d’impasse thérapeutique ».

En raison du caractère préoccupant de l’émergence de cette souche, les chercheurs rappellent que « l’utilisation non réglementée et à outrance des antibiotiques dans les élevages de pays en développement présentent un risque pour la santé humaine. Elle favorise en effet la dissémination des gènes de résistances chez des bactéries pouvant contaminer l’homme via les aliments ». Ils soulignent l’importance d’une surveillance sur le plan national et international de S.Kentucky et « lancent un appel pour inclure cette bactérie dans les programmes de contrôles des salmonelles dans les filières aviaires ». Rappelons qu’en décembre 2002, la souche en question a été isolée pour la première fois chez un touriste français revenant d’une croisière sur le Nil (Egypte).

Ecrit par : Emmanuel Ducreuzet – Edité par : David Picot

Partager cet article