Bonne nouvelle pour les futures mamans accros à la caféine : contrairement à l’alcool et au tabac, elle n’est pas interdite aux femmes enceintes. Mieux vaut toutefois limiter les apports, des études mettant en cause son influence sur le déroulement de la grossesse et sur le développement du fœtus.

Plusieurs travaux désignent la caféine comme un facteur de risque présumé de fausse-couche, de petit poids à la naissance, d’obésité ou encore d’hyperactivité chez le jeune enfant… Aucun d’entre eux n’a cependant permis d’établir de rapport formel de cause à effet. Principe de précaution oblige, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a donc fixé un taux de 300 mg par jour à ne pas dépasser durant la grossesse, soit environ trois tasses de café.

En France, l’INPES conseille elle aussi de se limiter à trois tasses par jour : au-delà, le fœtus ou le nouveau-né pourrait présenter une accélération bénigne et réversible des battements cardiaques ou encore se montrer agité. Ces seuils sont toutefois jugés encore trop élevés pour les Etats-Unis et les pays nordiques où ils sont fixés à 200 mg de caféine par jour.

De la caféine aussi dans le thé

Pour évaluer votre propre consommation, gardez à l’esprit qu’une tasse de café filtre apporte environ 180 mg de caféine, une tasse de café instantané environ 100 mg, un expresso environ 80 mg. Mais attention, quand vous faites vos calculs journaliers : les sodas type cola, avec environ 40 mg de caféine pour 330 ml, comptent aussi. Tout comme les boissons énergisantes, qu’il faut de toute façon éviter pendant la grossesse.

Pensez aussi à ajouter vos tasses de thé, la caféine et la théine étant une seule et même molécule. Pour mémoire, une tasse de thé apporte environ 60 mg de caféine. Enfin, n’abusez pas non plus du chocolat, lui aussi contient de la caféine (environ 60 mg/100g).

A noter : Le thé limite l’absorption du fer par l’organisme. Si vous êtes anémiée, évitez d’en boire à proximité des repas.

Partager cet article