L’association de patients Renaloo et la Société francophone de Transplantation dénoncent l’injustice du non-accès au belatacept, un traitement anti-rejet pour les patients transplantés rénaux.  En effet ce dernier n’est pas pris en charge par l’Assurance-maladie, malgré une efficacité avérée. 

« Le belatacept fait partie des trop rares médicaments qui permettent aux patients transplantés rénaux de vivre sans rejeter leur rein greffé, d’échapper à la dialyse, à ses contraintes, à ses surcoûts », indique l’association Renaloo. Ses responsables précisent que ce traitement « est très efficace, dénué de toxicité pour le rein. Il donne des résultats très supérieurs aux traitements de référence ».

Cependant, les autorités de santé considèrent depuis sa mise sur le marché en 2013 que l’Amélioration du Service Médical Rendu (ASMR) du belatacept est « mineure ». Ce qui implique son non-remboursement. Or des pays comme l’Allemagne, l’Autriche, le Danemark, les Etats-Unis, la Finlande, l’Irlande, la Norvège… prennent en charge ce médicament !

« Le temps passe, l’intérêt du belatacept est maintenant avéré, mais il reste non couvert par l’Assurance-maladie. Les pertes de chance s’accumulent, et les différentes démarches pour alerter la ministre sont restées pour le moment sans effet », s’insurge Renaloo. C’est pourquoi en association avec la Société francophone de Transplantation, elle a adressé une lettre ouverte à Marisol Touraine, afin d’obtenir sans délai l’accès des patients à ce traitement. 

Partager cet article