Implants médicaux : un film antimicrobien contre les infections

[24 septembre 2015 - 12h09] [mis à jour le 24 septembre 2015 à 12h11]

Valves cardiaques, prothèses orthopédiques, pacemakers… Tous ces dispositifs médicaux implantables induisent un risque d’infection. Conséquence, ces dispositifs peuvent être rejetés par l’organisme. Une équipe INSERM a mis au point un film biologique aux propriétés antimicrobiennes, antifongiques et anti-inflammatoires.

Les infections qui se développent suite à l’implantation d’un dispositif médical « sont principalement dues aux bactéries, telles que les staphylocoques dorés (Staphylococcus aureus) hébergées par l’organisme et au bacille pyocyanique », indiquent l’INSERM. Elles sont aussi parfois causées par des champignons ou des levures. » Pour lutter contre ces phénomènes, des antibiotiques sont actuellement utilisés mais l’émergence de bactéries multi-résistantes limite dorénavant leur action.

Les chercheurs de l’Unité 1121 « Biomatériaux et Bioingénierie » (INSERM/Université de Strasbourg) en collaboration avec quatre laboratoires ont mis au point un film biologique aux propriétés antimicrobiennes et anti-inflammatoires. Ils ont utilisé la combinaison de deux substances : la poly(arginine) et l’acide hyaluronique pour réaliser un film invisible à l’œil nu (entre 400 et 600 nanomètres d’épaisseur) constitué de plusieurs couches. Par ailleurs, il embarque des peptides antimicrobiens naturels, en particulier la catéstatine, pour empêcher d’éventuelles infections autour de l’implant. Ceux-ci constituent une alternative aux antibiotiques actuellement utilisés. « Ils sont capables de tuer les bactéries en créant des trous dans leur paroi cellulaire tout en empêchant une contre-attaque de leur part », précisent les scientifiques.

Selon les chercheurs, ce film pourrait d’ici quelques années, être utilisé in vivo sur les implants ou dispositifs médicaux pour contrôler le microenvironnement complexe autour des implants et protéger l’organisme des infections.

Partager cet article