Inquiets des fréquentations de votre ado ?

[30 mars 2017 - 14h50] [mis à jour le 30 mars 2017 à 14h51]

Votre enfant « modèle » est en train de changer ? Attention, même s’ils ne vous plaisent pas spécialement, ses nouveaux copains n’en sont pas forcément responsables. Peut-être sa rebelle attitude est-elle simplement liée à la puberté. Des pistes pour y voir plus clair et faire la part des choses, entre impressions très subjectives et réel danger.

Pour grandir et s’affranchir du cocon familial, la plupart des adolescents tissent des relations très fortes avec les jeunes de leur âge. Quand ils ne peuvent pas se voir, ils s’appellent ou bavardent sur les réseaux sociaux. Pas toujours évident à vivre pour les parents. Il est même tout à fait normal d’en ressentir une certaine jalousie et une pointe d’agacement. Surtout quand les nouvelles têtes qui débarquent à la maison sont aux antipodes des copains et copines précédents. Pour autant, pas question de leur fermer votre porte.

Faites leur connaissance

Laissez leur une chance, avant de les cataloguer. Invitez ces jeunes à venir partager un déjeuner en famille, discutez avec eux. Qui sait, peut-être les trouverez-vous finalement sympathiques ? Et quand bien même le courant ne passerait pas, ce sont les amis de votre enfant, pas les vôtres.

Par ailleurs, mieux vaut les avoir sous votre toit, où vous pouvez garder un œil sur eux, plutôt qu’à l’extérieur. Sans oublier le principal : plus vous empêcherez votre ado de les fréquenter, plus il s’opposera à vous et mettra un point d’honneur à les voir pour outrepasser votre autorité.

Si vous avez de réelles craintes

Le comportement de votre ado a changé du tout au tout depuis qu’il a intégré un nouveau groupe ? Il sèche les cours, fume des joints, se montre agressif ou très renfermé, ne veut même plus manger à table en famille ? Votre enfant doit entendre votre désapprobation tout en sentant que vous lui faites confiance et que vous savez qu’il prendra de lui-même les bonnes décisions. N’hésitez pas, quand vous le sentez réceptif, à parler de votre propre expérience, de vos conflits avec vos propres parents. Ce genre de discussion est souvent riche d’enseignements.

Si ses professeurs et vos proches confirment vos doutes, si vous avec l’impression qu’il est manipulé, profitez des prochaines vacances pour l’éloigner. Dans certains cas, il peut même être nécessaire de le faire changer d’établissement scolaire, voire de le mettre en internat. Mais dans tous les cas il ne faut pas hésiter à se tourner vers un tiers : un éducateur, un pédopsychiatre… Pour trouver l’interlocuteur adéquat, vous pouvez notamment vous adresser à l’Ecole des parents et des éducateurs.

Partager cet article