Parmi les nombreuses expressions pour qualifier l’orgasme dans le langage courant, celle de « prendre son pied » est souvent employée. Pourtant, même si nos petons constituent parfois des zones érogènes, ils ne peuvent a priori pas fournir directement un orgasme à son propriétaire. A l’exception notable de l’expérience vécue par une femme aux Pays-Bas…

En 2013, des médecins de l’Université d’Utrecht rapportent un cas clinique surprenant dans une revue scientifique. Le cas est exceptionnel : une femme se plaint de sensations orgasmiques non désirées provenant de son pied gauche.

« Devant ce mystérieux phénomène, les médecins procèdent à une interview en profondeur », raconte Didier Dillen dans son livre Sex’traordinaire – 1001 faits incroyables et hilarants sur la sexualité et l’amour. « Ils notent que les orgasmes pédestres éprouvés par cette dame se produisent en l’absence de tout désir ou d’excitation sexuelle, que leur durée est extrêmement courte (cinq ou six secondes environ) et leur fin abrupte, que leur fréquence est d’environ cinq ou six fois par jour. » Ces événements indésirables « sont souvent accompagnés de lubrification vaginale et de perte d’urine ».

Une cause traumatique

Après une batterie d’examens, les médecins ont avancé une hypothèse pour expliquer ce phénomène étrange et pour le moins désagréable pour la patiente. Les symptômes subis seraient « la conséquence d’une régénération incomplète de certains nerfs lésés à la suite d’un traumatisme antérieur ». En clair, « les informations provenant d’une petite zone du pied seraient interprétées par le cerveau comme provenant uniquement du vagin ». En 2011, la patiente avait passé trois mois en soins intensifs à cause d’un sepsis.

Bonne nouvelle, les médecins ont heureusement réussi à guérir leur patiente par le biais d’infiltrations d’analgésique associées à un traitement par radiofréquence pulsée.

Partager cet article