Journée mondiale du cancer : prévenir le risque, c’est possible!

[04 février 2016 - 09h44] [mis à jour le 04 février 2016 à 10h31]

Ce 4 février se tient la Journée mondiale contre le cancer. Si ce terme regroupe bon nombre de pathologies, 30% d’entre elles peuvent être prévenues en évitant les principaux facteurs de risque. Sous le slogan « Nous pouvons, je peux », les autorités sanitaires (OMS en tête) insistent sur le fait que chacun, en groupe ou individuellement, peut prendre part à la réduction de ce fardeau mondial.

En 2012, le cancer a été à l’origine de 8,2 millions de décès. Les cancers du poumon, de l’estomac, du foie, du côlon et du sein causent le plus de victimes. Pourtant, un tiers au moins de l’ensemble des cas sont évitables. « La prévention constitue la stratégie à long terme la plus rentable pour lutter », insiste l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Mais au fait, quels sont ces facteurs de risque ?

Tabagisme

C’est le facteur évitable le plus important. Il provoque 22% des décès par cancer par an. Fumer provoque de nombreux types de cancer, notamment celui du poumon, de l’œsophage, du larynx (cordes vocales), de la bouche, de la gorge, du rein, de la vessie, du pancréas, de l’estomac… rien que ça ! Sans compter qu’il est depuis longtemps prouvé que le tabagisme passif provoque des cancers pulmonaires chez des non-fumeurs.

Obésité et surpoids

Le lien entre surpoids/obésité et de nombreux types de cancer tels ceux de l’œsophage, du côlon et du rectum, du sein, de l’endomètre et du rein ne fait désormais plus aucun doute. Les régimes alimentaires riches en fruits et en légumes pourraient avoir un effet protecteur contre de nombreuses tumeurs. A l’inverse, une consommation excessive de viande rouge peut être associée à un risque accru de cancer colorectal.

La pratique régulière d’un exercice physique et le maintien d’un poids normal, associés à un régime alimentaire sain, « réduiront considérablement les risques de cancer », continue l’OMS.

Alcool

La consommation d’alcool est, là encore, un facteur de risque de nombreux types de cancer (cavité buccale, pharynx, larynx, œsophage, foie, côlon-rectum, sein). Un danger proportionnel à la quantité ingérée.

Infections

Les agents infectieux sont responsables de près de 22% des décès par cancer dans les pays en développement et de 6% dans les pays industrialisés. Les hépatites virales B et C sont à l’origine du cancer du foie. Le papillomavirus humain provoque le cancer du col de l’utérus… La prévention (notamment contre l’hépatite B et contre le papillomavirus humain) passe bien souvent par la vaccination.

Rayonnements

Les UV, et en particulier le rayonnement solaire sont à l’origine des principaux types de cancer de la peau tels que les carcinomes basocellulaires ou les mélanomes. Les mesures de protection vraiment efficaces consistent à éviter toute exposition excessive, à utiliser des écrans solaires et des vêtements protecteurs.

L’exposition au radon présent dans le sol et les matériaux de construction cause, selon les estimations, entre 3% et 14% de l’ensemble des cancers pulmonaires. Les concentrations peuvent être limitées en aérant mieux les habitations.

Cancérogènes professionnels

Plus de 40 agents, mélanges et modes d’exposition présents dans l’environnement professionnel sont cancérogènes pour l’homme. Le mésothéliome est par exemple, dans une large mesure, dû à une exposition à l’amiante.

Partager cet article