« Où va notre caca? » Derrière cette question un brin potache se cache une cruelle réalité. En raison du manque de systèmes d’assainissement, les excréments humains de milliards de personnes sont rejetés dans l’environnement sans avoir été traités et propagent des maladies mortelles. A l’occasion de la journée mondiale des toilettes le 19 novembre, l’ONU lance une campagne dédiée.

« En évitant la propagation de maladies mortelles par les excréments humains, les toilettes sauvent des vies », martèle l’ONU. Pourtant, 4,5 millions de personnes continuent de vivre sans avoir de toilettes ou latrines à la maison. « La Journée mondiale des toilettes vise à encourager les actions pour relever le défi de la crise mondiale de l’assainissement ».

L’Organisation des Nations Unies rappelle en outre que les objectifs de développement durable, à l’horizon 2030 prévoient « d’améliorer la qualité de l’eau en réduisant la pollution, en éliminant l’immersion de déchets et en réduisant au minimum les émissions de produits chimiques et de matières dangereuses ». Mais aussi « en diminuant de moitié la proportion d’eaux usées non traitées et en augmentant nettement à l’échelle mondiale le recyclage et la réutilisation sans danger de l’eau».

L’assainissement en 4 étapes

Dans cette optique, ONU-Eau a lancé une campagne intitulée « Où va notre caca? ». Parce que les eaux usées non traitées finissent par contaminer les rivières et les mers, l’ONU rappelle que les excréments doivent impérativement suivre un trajet d’assainissement en quatre étapes :

  • Enfermement: les excréments doivent être déposés dans des toilettes hygiéniques et stockés dans une fosse ou une cuve hermétique avec laquelle les êtres humains ne sont pas en contact ;
  • Transport: des canalisations ou dispositifs d’évacuation des latrines doivent acheminer les excréments en vue de leur traitement ;
  • Traitement: les déjections doivent être traitées pour devenir des eaux usées et des déchets qui puissent réintégrer l’environnement ;
  • Élimination ou réutilisation: les excréments correctement traités doivent pouvoir servir à générer de l’énergie ou à amender la terre afin de produire des aliments.

Notons qu’en France, la Coalition Eau, Action contre la Faim et le Secours Islamique France lancent une grande campagne d’affichage dans les lieux publics de Paris. Objectif : « sensibiliser le grand public et interpeller le gouvernement français sur une problématique bien réelle et dramatique ».

Partager cet article