Comme l’habit ne fait pas le moine, la taille du cerveau ne serait pas liée à l’intelligence. Cette conclusion émane de neurobiologistes américains, qui ont étudié les relations entre la dimension de notre cerveau et notre niveau d’intelligence… en vain.

« Les grands cerveaux ne sont généralement pas des cerveaux particulièrement intelligents » selon le Pr William H. Calvin. Avec son équipe de l’Université de l’Etat de Washington, à Seattle, il a parcouru l’Histoire à la recherche de liens entre morphologie du cerveau et intelligence. Résultat, « alors que le cerveau de nos ancêtres croissait -en centimètres n.d.l.r.-, leurs techniques d’outillage le faisaient à un rythme différent, plus lent. » En clair, l’homo sapiens a vu sa tête prendre du poids… sans en profiter immédiatement.

Mais à long terme, l’intelligence était bien au rendez-vous. Selon les auteurs, ce serait moins la taille du cerveau qui serait fondamentale que la grande épopée humaine. C’est une succession de « petites avancées intellectuelles » qui a permis à l’être humain de développer son intelligence. Avec pour conséquence… un cerveau de plus en plus grand. Et non pas le contraire.

Pas franchement révolutionnaire, la « conclusion Calvin » a néanmoins le mérite de clarifier la situation. Oui nous sommes plus intelligents -notre cerveau est 3 fois plus volumineux- que les premiers hommes sur Terre. Mais entre hommes de même époque, la taille de la tête ne permet pas de mesurer l’intelligence.

Partager cet article